Dernière mise à jour de cette fiche le 12-03-2018.

L'impression directe étant difficilement paramètrable,
passer par le bouton

Merci

Fiche d'information

Olanzapine LP

( Zypadhera® )

Antipsychotique à action prolongée

Présentation

  • poudre pour suspension injectable à libération prolongée à 210 mg, 300 mg et 405 mg IM, forme réservée à l’usage hospitalier

Conservation

Conserver votre médicament dans son étui et à l’abri de la lumière et de la chaleur.
Ne pas laisser à la portée des enfants.

Quel bénéfice attendre de ce médicament ?

Les antipsychotiques sont prescrits pour soulager la souffrance psychique. Ils ne modifient pas la personnalité mais au contraire vont vous permettre de la retrouver.
Ils vous aident à vous rassembler à l’intérieur de vous et à gérer votre vie quotidienne.
Ils calment la tension intérieure, l’angoisse et l’agressivité.
Ils réduisent ou suppriment les désordres de la pensée (délires, hallucinations).
Ils vous aident à garder le contact et à communiquer avec les autres.


Ces médicaments occupent une place importante dans votre projet de soins en vous aidant à diminuer progressivement les symptômes liés à la maladie. Mais le médicament n'est pas suffisant pour assurer à lui seul votre rétablissement. Il est aussi nécessaire de bénéficier d'un accompagnement adapté reposant sur le lien avec les soignants, vos proches et les professionnels du social.

Comment prendre votre médicament ?

L’injection de Zypadhera® sera réalisée toutes les 2 ou 4 semaines dans le muscle de la fesse seulement, par un infirmier, en respectant le dosage inscrit sur l’ordonnance. L’injection sera réalisée uniquement dans une structure hospitalière. Une surveillance dans cette structure, pendant au moins 3 heures après l’injection, sera systématiquement mise en place après chaque injection afin de détecter les éventuels signes d'un surdosage par olanzapine (Voir rubrique « Que surveiller pendant le traitement ? Syndrome post-injection »).

Que faire en cas d’oubli d’une prise ?

En cas d’oubli d’une injection de Zypadhera®, prenez rendez-vous le plus rapidement possible auprès de l’équipe soignante qui vous suit, elle décidera de la conduite à tenir.

Quels effets indésirables peuvent apparaître ?

Ces effets indésirables peuvent ne jamais apparaître et sont différents d’une personne à l’autre.
La grande majorité des effets indésirables ne sont pas graves. Certains régressent, dès les premières semaines du traitement. Il faut les connaître pour pouvoir les identifier ou les éviter et, dans tous les cas, en parler à votre médecin qui recherchera une solution pour les atténuer, voire les faire disparaître.

Effets Que dois-je faire ?
Douleur, rougeur, induration, gonflement au site d’injection Parlez-en à votre médecin.
Tremblements, rigidité, contractures musculaires (crampes) Parlez-en à votre médecin pour adapter le traitement, ou corriger ces effets.
Somnolence, baisse de vigilance Evitez de conduire ou d’utiliser des machines qui pourraient s’avérer dangereuses.
Parlez-en à votre médecin qui pourra éventuellement réévaluer les doses et leur répartition dans la journée.
Constipation Favorisez les aliments contenant des fibres (fruits crus, légumes verts), mangez des pruneaux et des figues et buvez suffisamment d’eau, en particulier le matin à jeun. Pratiquez une activité physique adaptée (marche..). Présentez-vous à la selle à heure régulière. En cas de douleurs abdominales et/ou de persistance de la constipation contactez votre médecin ou votre pharmacien.
Augmentation de l’appétit, prise de poids Une augmentation de l’appétit peut apparaître surtout au début du traitement. Ceci nécessite une surveillance (voir ci-après).
Troubles hormonaux : perturbation des règles, petits saignements, gonflement mammaire, écoulement de lait... Parlez-en aux soignants et/ou à votre médecin.
Troubles sexuels : diminution du désir, troubles de l’érection, troubles de l’éjaculation... Parlez-en aux soignants et/ou à votre médecin.
Hypotension orthostatique, vertiges ou sensation de malaise en se levant (surtout en début de traitement) Levez-vous lentement. Si vous êtes couché, asseyez-vous un moment avant de vous lever doucement. Si les symptômes persistent, faites vérifier votre tension artérielle.
Bouche sèche Buvez souvent un peu d’eau. Mâchez une gomme sans sucre afin de stimuler la salivation. Vous pouvez vaporiser un spray de salive artificielle. Ayez une bonne hygiène dentaire.

Cette fiche fait mention des effets indésirables les plus souvent rencontrés par les patients; d’autres effets plus rares peuvent parfois apparaître; Parlez-en avec votre médecin ou votre pharmacien.

Que surveiller pendant le traitement ?

Syndrome post-injection
Des réactions rares s’apparentant à un surdosage en olanzapine ont déjà été rapportées suite à une injection de ZYPADHERA®. Cette réaction de surdosage appelée syndrome post-injection regroupe des symptômes de sédation, confusion, désorientation, agitation, anxiété, ce qui implique une surveillance pendant au moins 3 heures avant de vous laisser quitter l’hôpital.

Le poids
Certains neuroleptiques peuvent entraîner une prise de poids.
Certains patients grossissent, d’autres pas.
Pour éviter une surcharge pondérale, il convient dès le début du traitement, de surveiller régulièrement son poids (une fois par semaine le premier mois, puis mensuellement), d’éviter les sucreries, les boissons sucrées, les grignotages entre les repas, de pratiquer une ou des activités physiques. Une prise de poids supérieure à 5 kg après trois mois de traitement nécessite une consultation diététique.

Le cœur
Certains antipsychotiques impliquent une surveillance cardiologique, la réalisation d’un ECG s’avère alors nécessaire, demandez l’avis de votre médecin.

Les dents
Faites-les surveiller régulièrement. Il est recommandé de se brosser les dents si possible après chaque repas, et au moins une fois par jour, avant le coucher.

La peau
En cas d’exposition au soleil, protégez les parties découvertes du corps par une crème écran haute protection.

Les signes d’alerte
Prévenir immédiatement votre médecin en cas d’apparition brutale de fièvre, forte transpiration, pâleur, rigidité musculaire ou accélération des battements du cœur.

Quelles précautions à observer ?

Hygiène de vie
Evitez les situations répétées de manque de sommeil et la consommation d’excitants : café, thé, cola, drogues.

L’alcool
La prise d’alcool est contre indiquée, surtout en début de traitement, car elle peut entraîner une somnolence excessive, augmenter les effets indésirables, le mal-être et l’angoisse.

Les drogues
La consommation de ces produits peut favoriser une réapparition des troubles liées à votre maladie, de plus elle s’oppose à la réussite de votre traitement.

Les médicaments
Ne prenez pas de médicaments non prescrits par votre médecin. Demandez l’avis de votre médecin ou pharmacien car ce médicament peut présenter des interactions avec d’autres médicaments courants.

La conduite de véhicules et l’utilisation de machines
Soyez très prudent. Demandez l’avis d’un professionnel de santé.

Projet de grossesse
Si vous envisagez une grossesse, parlez-en avec votre médecin. Lui seul sera à même d'évaluer la poursuite du traitement.

La régularité du traitement

La prise régulière du traitement conditionne son efficacité qui apparaît après quelques semaines.

La poursuite du traitement est indispensable pour obtenir une stabilité psychique. Par contre, une interruption brutale du traitement vous expose à un mal-être (rebond d’angoisse, d’insomnie, contractures) dans les jours qui suivent et, à plus long terme, à une rechute.

L’arrêt du traitement doit toujours être décidé en accord avec votre médecin prescripteur. Il doit être progressif sur plusieurs semaines.