Le réseau PIC

"La vie est courte, la science est longue, l'occasion fugitive, le jugement difficile.
Il faut non seulement faire soi-même ce qui convient, mais encore faire que le malade, les assistants, et les choses extérieures y concourent."
Hippocrate

Le réseau PIC est constitué de professionnels exerçant dans différents établissements publics ou privés de Santé Mentale.

Ce réseau a pris naissance dans le Sud-ouest en 1993, à l'initiative de Marie-lise BISCAY, pharmacien au C.H des Pyrénées à PAU et Claudine FABRE, pharmacien au C.H Gérard Marchant à TOULOUSE.

Il regroupe actuellement de nombreux professionnels, répartis dans toutes les régions de France.

Ces professionnels travaillent de façon indépendante dans le cadre de leurs missions.

Ils cherchent en particulier à promouvoir l'information sur les médicaments utilisés en Santé Mentale, dans une démarche partenariale entre professionnels de santé (pharmaciens, médecins, infirmiers, psychologues…) au service du soin destiné au patient.

Ses missions

P...comme PSYCHIATRIE et Santé Mentale, professionnels hospitaliers au service du soin médicamenteux en psychiatrie et santé mentale.

I...comme INFORMATION, pour le bon usage des médicaments.

C...comme COMMUNICATION pour un soin pluridisciplinaire réunissant les professionnels de santé et les usagers.


Ainsi est né le réseau PIC dont l'emblème est un pic-vert !

D'où les objectifs suivants du réseau :

  • Développer l’information sur les médicaments psychotropes auprès des patients, des familles et accompagnants pour favoriser le bon usage des médicaments.
  • Développer l’Education thérapeutique du patient par une approche pluridisciplinaire intégrée aux soins et répondant aux recommandations de la Haute Autorité de Santé.
  • Favoriser la communication.
  • Évaluer les pratiques professionnelles : Partager les informations, travaux, études entre les différents adhérents du réseau pour une meilleure prise en charge du patient et de son entourage.
  • Participer à la formation professionnelle continue de ses adhérents ou de ses collaborateurs (médecins et pharmaciens, libéraux ou hospitaliers, infirmiers et autres professionnels de la santé mentale).

Statuts de l'association du Réseau PIC Psychiatrie, Information, Communication

  • Article Premier – Dénomination

    La dénomination est : « ASSOCIATION DU RESEAU P.I.C. »

  • Article 2 – But

    Cette association a pour but de mettre en commun et de promouvoir des travaux, d’organiser des recherches, des réunions, de participer à des réflexions dans le domaine de la pharmacologie, de la santé mentale, ainsi que développer les moyens d’information sur les médicaments et l’éducation thérapeutique en particulier dans le domaine de la santé mentale. Elle pourra organiser en son sein des séances de formation pour ses membres, pour les professionnels de santé, pour le public, pour les patients. Elle pourra participer à des travaux de recherche seule ou en association avec d’autres partenaires et pour cela se doter des moyens matériels qui lui seront propres.

  • Article 3 - Siege Social

    Le siège social est fixé à :
    EPSM Lille Métropole
    Service Pharmacie
    BP 10
    59487 ARMENTIERES Cedex

    Il pourra être transféré par simple décision du conseil d’administration ou en cas de changement du président.

  • Article 4 – Durée

    La durée de l’association est illimitée.

  • Article 5 – Moyens D’Action

    Les moyens d’actions de l’association sont notamment :

    • les formations professionnelles ( n° formation : 31 59 07697 59 ),
    • les conférences,
    • l’organisation de toutes manifestations,
    • les publications,
    • les travaux divers portant sur les médicaments
  • Article 6 – Composition, Admission

    Pour faire partie de l’association, il faut être agréé par le bureau, qui statue, lors de chacune de ses réunions, sur les demandes d’admission présentées. L’admission est concrétisée par le paiement d’une cotisation annuelle versée à l’association.
    L’association se compose de :

    • Membres Fondateurs

      Ces membres sont signataires de ce présent statut.

    • Membres Honoraires

      Ces membres sont nommés par le Conseil d’administration. Sont membres honoraires ceux qui ont rendu des services signalés à l’association, ceux qui dont le passé, la carrière ou les travaux scientifiques valorisent l’association. Les membres honoraires sont dispensés de cotisation annuelle.
      Ces membres n’ont pas de droit de vote aux assemblées générales

    • Membres Bienfaiteurs

      Sont membres bienfaiteurs, les personnes qui versent un droit d’entrée de 300 euros ou plus. Ils n’ont pas le droit de vote aux assemblées générales sauf s’ils sont membres actifs.

    • Membres Actifs

      Sont membres actifs ceux qui ont pris l’engagement de verser annuellement une cotisation dont le montant est décidé chaque année par le conseil d’administration.

  • Article 7 – Radiations

    La qualité de membre se perd par :

    • la démission
    • le décès
    • la radiation prononcée par le conseil d’administration pour le non paiement de la cotisation, ou pour motif grave ; dans ce dernier cas, l’intéressé est invité par lettre recommandée à se présenter devant le bureau pour fournir des explications.
  • Article 8 – Ressources

    Les ressources se composent :

    • des cotisations de ses membres,
    • des subventions qui pourraient lui être accordées par l’Etat ou les collectivités publiques, ou des institutions ou entreprises privées,
    • du revenu de ses publications ou ouvrages,
    • des sommes perçues en contrepartie des prestations fournies par l’association,
    • de toutes autres ressources autorisées par les textes législatifs et réglementaires.
  • Article 9 – Administration

    L’association est administrée par un conseil d’administration composé d’au minimum deux membres, et d’au maximum quinze membres élus par l’assemblée générale au scrutin secret, pour quatre ans et choisis dans la catégorie des membres actifs jouissant de leurs droits civils et étant de nationalité française. Ils sont rééligibles.
    Le conseil d’administration de l’association choisit parmi ses membres, au scrutin secret, un bureau, composé d’un président, trésorier et secrétaire et s’il y a lieu, des adjoints. Le bureau est élu pour quatre ans.
    En cas de vacance, un cumul des fonctions est possible. Le conseil peut également pourvoir provisoirement au remplacement de ses membres. Leur remplacement définitif intervient à la prochaine assemblée générale.
    Les pouvoirs des membres ainsi élus prennent fin à l’époque où devrait expirer le mandat des 2 membres remplacés.

  • Article 10 – Réunion Du Conseil D’Administration

    Le conseil d’administration de l’association se réunit au moins une fois par an, sur convocation du président, ou sur demande du quart de ses membres.
    Les décisions sont prises à la majorité des voix ; en cas de partage, la voix du président est prépondérante. Le secrétaire de l’association sera tenu de rédiger un procès verbal (PV) de chaque réunion ; PV qui sera mis à la disposition des adhérents qui souhaitent en prendre connaissance.
    Tout membre du conseil qui, sans excuse, n’aura pas assisté à trois réunions consécutives, pourra être considéré comme démissionnaire.

  • Article 11 – Assemblée Générale Ordinaire

    L’assemblée générale ordinaire de l’association comprend les membres fondateurs et, tous les membres actifs de l’association. Elle se réunit au moins une fois par an et chaque fois qu’elle est convoquée par le président ou le conseil d'administration ou sur la demande du quart au moins de ses membres. Chaque associé peut s'y faire représenter par un autre associé muni d'un pouvoir écrit. Le quorum est fixé au tiers des membres actifs ; si le quorum n’est pas atteint, une assemblée générale peut se tenir le jour même avec les membres présents et les pouvoirs des membres représentés.
    L'ordre du jour est réglé par le conseil d'administration. Le bureau de l'assemblée est celui du conseil. Quinze jours au moins avant la date fixée, les membres de l'association sont convoqués par les soins du secrétaire. L'ordre du jour est indiqué sur les convocations.
    Le président, assisté des membres du conseil, préside l'assemblée et expose la situation morale de l'association. Le trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan à l'approbation de l'assemblée.
    Il est procédé, après épuisement de l'ordre du jour, si besoin est, au remplacement, au scrutin secret, des membres du conseil sortant.
    Toutes les délibérations de l'assemblée générale sont prises à main levée à la majorité absolue des membres présents. Le scrutin secret peut être demandé soit par le conseil d'administration, soit par le quart des membres présents.

  • Article 12 - Assemblée Générale Extraordinaire

    L'assemblée a un caractère extraordinaire lorsqu'elle statue sur toute modification aux statuts. Si besoin est, sur la demande du conseil, ou de la moitié plus un des membres actifs inscrits, le président peut convoquer une assemblée générale extraordinaire, suivant les formalités prévues par l'article 11, la validité des délibérations étant la même que pour les assemblées générales ordinaires.

  • Article 13 - Proces-Verbaux

    Les procès-verbaux des assemblées et des délibérations du conseil d'administration, sont transcrits par le secrétaire sur des feuilles numérotées qui seront placées au fur et à mesure dans un classeur. Chaque procès verbal sera signé par le président et par un membre du bureau présent lors de la délibération.

  • Article 14 - Dissolution

    La dissolution de l'association ne peut être prononcée que par l'assemblée générale, convoquée spécialement à cet effet.
    > Elle est prononcée par les deux tiers au moins des membres actifs présents à l'assemblée générale, un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celle-ci. Elle attribue l'actif net à toutes associations déclarées ayant un objet concernant la santé ou à tous établissements publics ou privés reconnus d'utilité publique, de son choix.

  • Article 15 - Reglement Interieur

    Le conseil d'administration pourra, s'il le juge nécessaire, arrêter le texte d'un règlement intérieur, qui déterminera les détails d'exécution des présents statuts, et sera soumis à l'agrément de l'assemblée générale pour devenir exécutoire.

Fait à Armentières le 20 janvier 2011

Composition des instances 2016

Bureau :

Conseil d'administration : 15 personnes

Outre les membres du bureau, il comprend :

Charte du réseau P.I.C.

L'association du réseau P.I.C.(Psychatrie Information Communication) est constituée de professionnels exercant dans différents établissements publics ou privés de Santé Mentale. Elle est également ouverte à tous les professionnels de santé libéraux exerçant dans le domaine de la Psychiatrie et Santé Mentale.

Ces professionnels de santé souhaitent développer une de leurs missions principales :l'information et le bon usage des médicaments psychotropes, auprès des patients souffrant de troubles psychiques, des familles de patients, des personnes accompagnantes du soin et des autres partenaires en Santé Mentale.

Le réseau P.I.C. met à disposition de ces usagers, différents outils d'information : ateliers d'information et d'éducation thérapeutique destinés aux patients, fiches d'information sur les principaux médicaments couramment utilisés, guide d'information plus général sur le bon usage et la surveillance de ces médicaments. Ces documents sont accessibles à tout public via le site internet.

Les professionnels de santé du réseau P.I.C. s'engagent à répondre professionnellement et déontologiquement à tous les usagers susceptibles de les interroger par courrier électronique ou autres moyens de communication.

Par ailleurs, le réseau P.I.C. offre à ses adhérents la possibilité de mettre en commun leurs travaux professionnels, afin d'améliorer les recherches, les résultats et les services du domaine médico-pharmaceutique dans le champ de la Santé Mentale, ces travaux pouvant être utiles à l'ensemble des adhérents du réseau dans le cadre de leur exercice professionnel.

Les adhérents du réseau P.I.C. s'engagent suivant leur déontologie professionnelle et à utiliser loyalement, à des buts professionnels, les documents diffusés sur le site Internet du réseau P.I.C..

Le code d'accès est personnel et nécessite l'adhésion à l'association réseau PIC, formalisée par la signature de la présente charte, et le paiement d'une cotisation annuelle.

Nom et prénom :
Fonction :
Numéro d'ordre :
tampon et signature
Fait à :                            le 25-07-2017

Mise à jour le 01-01-2013

Pour connaître les contacts dans une région, cliquez sur celle-ci. Carte des adhérents du réseau PIC Nord_Pas-De-Calais Picardie Champagne Ardennes Lorraine Alsace Franche Comté Bourgogne Ile-de-France Haute Normandie Basse Normandie Bretagne Pays de la Loire Centre Poitou-Charentes Limousin Auvergne Rhône-Alpes Aquitaine Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Provence,Alpes,Côte d'azur Corse DOM - TOM Etranger

Le pharmacien à l’hôpital

L’exercice pharmaceutique à l’hôpital est actuellement défini par la loi du 8 décembre 1992 relative à la pharmacie et au médicament et au décret du 26 décembre 2000, qui établit l’organisation des Pharmacies à usage intérieur des établissements de santé.

Le statut des pharmaciens exerçant en établissements publics ou privés du secteur public est celui de praticien hospitalier , identique à celui des médecins, dont les psychiatres, exerçant dans les mêmes établissements. Ils peuvent exercer à temps plein ou à temps partiel.

Le pharmacien hospitalier est inscrit au Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens et son exercice professionnel est régi par le Code de Déontologie des Pharmaciens du 14 mars 1995, ce qui l’implique comme les autres professionnels de santé dans le secret professionnel.

Dans chaque établissement, le pharmacien hospitalier, a la responsabilité de l’organisation du service de la Pharmacie. Avec ses collaborateurs, autres pharmaciens praticiens, pharmaciens assistants, pharmaciens attachés, internes en pharmacie, cadres de santé, préparateurs, magasiniers, secrétaires, il assure les différentes missions de la Pharmacie à usage intérieur au sein de l’établissement de santé.

Ses missions

Le pharmacien hospitalier assume des activités très variées qui comprennent quatre fonctions principales :

  • Fonctions cliniques :
    • La dispensation des médicaments aux patients hospitalisés ou ambulatoires, sous la responsabilité directe du pharmacien, consiste en « l'analyse de l'ordonnance prescrite par un médecin, la préparation des doses, et l'information nécessaire à la bonne administration des médicaments ».
    • Le suivi thérapeutique (conformité de la durée des traitements, des posologies, surveillance des interactions) et la participation aux vigilances (pharmacovigilance, matériovigilance) et aux essais cliniques.

    Le pharmacien hospitalier peut également « mener ou participer à toute action susceptible de concourir à la qualité et à la sécurité des traitements et des soins dans les domaines relevant de la compétence pharmaceutique ».

  • Fonction de gestion :

    Les achats, approvisionnements, gestion de stocks, suivi budgétaire et analyse de gestion, sont différents aspects qui impliquent la responsabilité du pharmacien hospitalier dans la qualité des produits dispensés et leur adéquation à la prescription. Il communique avec ses partenaires médicaux et administratifs par le choix des médicaments au sein du « Comité du médicament ».

  • Fonction d’information :

    Le pharmacien hospitalier a de nombreuses missions d'information vis à vis du corps médical par la transmission de données scientifiques et économiques entre autres, pour le choix des médicaments retenus (comité du médicament), vis à vis des unités de soins et du corps infirmier, et vis à vis des patients.

  • Fonctions de communication et de formation :
    • Documentation, recherche bibliographique, à la demande des partenaires du soin.
    • Communication avec les services administratifs médicaux et techniques, pour la démarche d'Amélioration de la Qualité, l'Hygiène, et la prévention du risque infectieux.
    • Formation du personnel soignant, des préparateurs en pharmacie et des internes en pharmacie.
    • Communication avec les pharmaciens de ville, les patients ambulatoires, les associations humanitaires.

La prise en charge médicamenteuse

La prise en charge médicamenteuse du patient doit assurer le bon médicament, à la bonne dose, au bon moment, au bon patient et au meilleur coût. Elle s’appuie sur la maîtrise des étapes du circuit du médicament défini par l'arrêté du 31 mars 1999, qui engage trois professionnels de santé, dont les actes et responsabilités sont complémentaires pour concourir à l'assurance qualité dans l'utilisation des médicaments. L'obligation d'information du patient accompagne ces différents actes et s'impose réglementairement aux professionnels de santé selon leur champ d'action et de compétences.

  • Le médecin, lors de la prescription, informe le patient pour s'assurer de la compréhension du traitement prescrit et renforcer l'alliance thérapeutique (article 35 du Code de Déontologie)
  • Le pharmacien, lors de la dispensation, opération qui consiste à analyser et valider l'ordonnance puis délivrer les doses, doit fournir des informations aux soignants ou au patient, le cas échéant, sur la bonne utilisation des médicaments.
  • L'infirmier(e) a pour tâche de distribuer et administrer les médicaments au patient, et de participer à son information et son éducation en lui apportant les renseignements utiles.

La mise en place d’une démarche qualité de ce processus systémique complexe, pluriprofessionnel, présentant de nombreuses interfaces concourt à la prévention du risque iatrogène médicamenteux.

Sa continuité nécessite également de prendre en compte le traitement personnel du patient à l’admission, de documenter l’exhaustivité du traitement médicamenteux lors des transferts et de la sortie et d’établir des échanges avec les professionnels de ville.

La prise en charge médicamenteuse

Champ d’exercice en santé mentale

L'organisation des soins en Santé Mentale est très diversifiée, pour s'adapter aux besoins de la prise en charge thérapeutique des patients.

Le Pharmacien hospitalier s'inscrit dans cette organisation et intervient différemment suivant la structure de soins.

Les différentes structures

  • l'hospitalisation complète :

    C'est là que s'appliquent toutes les missions hospitalières du Pharmacien. La dispensation des médicaments est fréquemment informatisée, et permet une coordination entre les différents professionnels.

  • L'hospitalisation de jour :

    Ce type de prise en charge est en général «sectorisé », et on rencontre fréquemment plusieurs sites d'hôpital de jour. La dispensation des traitements est la plupart du temps organisée par la Pharmacie de l'établissement. Dans certains cas, les patients se procurent leurs médicaments dans une officine de ville. Les infirmiers ont pour tâche d'aider et de surveiller la prise du traitement.

    Des ««ateliers du médicament» permettent de répondre aux attentes des patients et les aident dans la compréhension et l'observance de leur traitement.

  • L'hospitalisation de nuit :

    En général, le patient obtient et gère son traitement en dehors de cette structure d'hospitalisation.

  • Les centres de post-cure, les appartements thérapeutiques et les CATTP (Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel) :

    ces structures ont pour objectif thérapeutique d'accompagner le patient vers la réinsertion. La dispensation des traitements est la plupart du temps organisée par la Pharmacie de l'établissement pour les centres de post cure et les appartements thérapeutiques mais par contre, dans les CATTP, les pharmaciens hospitaliers interviennent peu, si ce n'est pour des besoins d'information des patients. Les pharmaciens peuvent établir des liens avec les équipes soignantes et les pharmaciens officinaux pour faciliter l'autonomie des patients dans la gestion de leur traitement.

  • Le C.M.P (Centre médico-psychologique) :

    il a, entre autres fonctions, celles de «centre d’accueil, de consultation, d’évaluation et d’information». Les pharmaciens hospitaliers y sont impliqués ponctuellement pour répondre aux questions concernant les médicaments et proposer des réunions d'information ou des «ateliers du médicament» aux patients qui le souhaitent. Cette démarche permet aussi de faciliter les liens d'un réseau entre les pharmaciens de ville et les pharmaciens hospitaliers.

  • l'Accueil familial thérapeutique (AFT) :

    le patient est hospitalisé dans une famille d’accueil, pour un temps plus ou moins long selon la pathologie. C’est la famille qui gère la totalité du traitement fourni par l’établissement dont elle dépend. C’est un peu comme une hospitalisation à domicile mais qui se fait au domicile de la famille d'accueil.